Vaut-il mieux créer sa franchise ou reprendre une franchise existante?

23 Jan 2019

La reprise est à la mode, tout le monde s’accorde à peu près à dire que 60 000 entreprises sont reprises tous les ans et il y a quelques années on parlait déjà de 500 000 entreprises à reprendre dans les 10 années à venir. Reprendre c’est bénéficier d’une part de travail déjà accompli, d’une clientèle déjà constituée notamment, d’un financement déjà établi, d’un levier bancaire plus accessible, etc. Cela n’est pas dénué de risques pour autant.

Le repreneur doit être avalisé par le franchiseur

Le contrat de franchise est par essence un contrat intuitu personae, autrement dit un contrat qui lie le franchiseur, personne morale, à la personne physique du franchisé (et non son entreprise, personne morale). Ainsi, il est conclu avec une personne physique et si celle-ci vient à céder son fond de commerce et amène un repreneur à se substituer à elle aux commandes de l’entreprise, le contrat de franchise ne peut être continué de plein droit, il doit être reconduit, comme avec le premier franchisé, par le franchiseur (qui lui, peut avoir changé de visage!) sur la tête de cette nouvelle personne physique. Ainsi, en droit, on dit que le contrat n’est pas "cessible", il ne peut être cédé à un tiers. Dans le cas où le repreneur n'est pas agréé, cela n'empêche pas la transmission du fond de commerce, mais le contrat est immédiatement résilié. Cependant, en principe, le franchisé doit attendre la fin du contrat de franchise pour vendre son activité.

Les franchises de l'article vous intéressent ?

Découvrir leurs profils sur inSiti

Les avantages liés à la reprise

Le repreneur a l'avantage sur le créateur ex-nihilo de prendre possession d'un outil de travail / production en cours de fonctionnement, rationalisé et générant immédiatement des bénéfices (normalement). En outre, il s'appuie sur un staff déjà en place, formé aux bonnes pratiques commerciales et fait l'économie d'un temps de recrutement et formation qui peut être long. La clientèle est déjà constituée et alimente une exploitation dont les éléments historiques (disponibles dans le cas d'une reprise) permettent d'accéder plus facilement aux banques pour lever de la dette.

un impact sur le coût?

Naturellement le coût est plus élevé dans le cas d'une reprise car il s'agit de racheter l'existant, tout ce que le cédant a pu construire dans le temps. Les méthodes de valorisation employées pour déterminer la valeur du fond de commerce peuvent être différentes et aboutir à des résultats divergents. Les conseils en transmission d'entreprises emploient généralement plusieurs techniques de valorisation et la valeur d'entreprise retenue est une moyenne des différents résultats observés. leurs techniques habituelles peuvent être basées sur le CA, le résultat net, ou basées sur des transactions comparables et récentes.